La Clarté de Haut-Brion, décryptage d’une élaboration

La Clarté de Haut-Brion
© presse Haut-Brion

C’est le second vin blanc commun aux Châteaux Haut-Brion et la Mission Haut-Brion, baptisé ainsi depuis le millésime 2009. Issue de l’assemblage des deux seconds vins des deux propriétés, la Clarté de Haut-Brion, à la robe doré clair, est élaborée à partir des cépages sémillon, sauvignon blanc et gris.

Reconnue mondialement pour sa grandeur, sa rareté et son unicité, La Clarté de Haut-Brion est le fruit d’un terroir d’exception, de savoir-faire inégalés et l’extrême excellence de talents. Depuis le millésime 2009, La Clarté de Haut-Brion est assurément une belle entrée en matière avant de découvrir ses aînés, Château Haut-Brion blanc et Château La Mission Haut-Brion blanc, et déguster un trésor précieux puisque seulement 1000 caisses environ sont produites chaque année.

vignes Haut-Brion
© presse Haut-Brion

La prépondérance du Sémillon, cépage relativement hors du commun à Bordeaux, dans l’assemblage de La Clarté de Haut-Brion lui donne sa douceur et sa suavité tandis que le Sauvignon blanc et gris se manifeste par sa richesse aromatique et sa fraîcheur. Les arômes fruités et floraux de la Clarté de Haut-Brion lui confèrent une grande fraîcheur, une grande fraîcheur, une complexité unique, une expression aromatique et une concentration hors du commun.

Une attention de chaque instant

Un soin particulier est apporté tout au long des millésimes. Tout commence dans les vignes parfaitement entretenues pour obtenir des raisins d’une qualité optimale. Le moment de la récolte est choisi avec soin, à la suite de prélèvement dans les parcelles pour vérifier la maturité des grains. Les vendanges, toujours effectuées le matin, lorsque les températures sont les plus fraîches possibles, permettent de sélectionner presque grappe par grappe les raisins les plus dorés. Les raisins vendangés sont ensuite transférés dans des camions frigorifiques afin de conserver une température stable, d’éviter un réchauffement conduisant à l’oxydation et à l’altération de leur qualité et de presser rapidement le lot récolté.

vendanges Haut-Brion
© presse Haut-Brion

Les raisins récoltés sont ensuite pressés. Généralement, les jus issus des premiers et seconds cycles de pressurage sont assemblés, étant homogènes en termes d’impressions au vignoble et analytiquement. Au contraire, s’ils semblent différents, ils sont laissés séparés. Systématiquement, Jean- Philippe Masclef, le directeur technique, sépare les troisièmes pressées, ayant une intensité aromatique et tannique forte. Comme il l’explique : « Ces pressées sont presque des caricatures du cépage, elles sont très riches en arômes par exemple de lychee, de goyave pour le Sauvignon. On peut les qualifier de vins déséquilibrés par nature. » Avant la mise en barrique, l’opération de débourbage est effectuée. Elle consiste à séparer les sédiments (particules terreuses, fragments végétaux, etc) qui se sont déposés dans le fond de la cuve, appelés la bourbe, et à les éliminer par soutirage.

Le soutirage effectué, les cuves sont ensemencées avec une levure sélectionnée par Jean-Philippe Masclef. La fermentation démarre, le sucre est consommé par les levures. Elle se prolongera dans les barriques pendant l’élevage.

La sélection des barriques

L’élevage des vins blancs de Château Haut-Brion et Château La Mission Haut-Brion fait intervenir entre 45 et 50% de bois neuf, pour une durée de 9 à 12 mois et l’autre moitié, avec un bois ayant déjà élevé un vin. Les caractéristiques intrinsèques de la barrique (son âge, son bois, le type de chauffe du tonnelier, etc) sont très intéressantes, car selon les choix effectués, on peut aboutir à des vins très différents. A la diférence de la vinification en barriques des vins rouges, pour les vins blancs, les arômes complexes que développe le bois sont appréciés, mais le bois lui-même doit rester le plus discret possible.

L’élevage sur lies de vin blanc inclut des interventions toutes les semaines : le bâtonnage et l’ouillage. Grâce à une dodine, un bâton avec une petite cuillère, le fond de chaque barrique est balayé pour remettre la lie en suspension à l’intérieur de la barrique, qui redescend par sédimentation entre chaque bâtonnage. Cette opération effectuée pendant l’élevage en barrique, s’accompagne de l’ouillage, la remise à niveau de la barrique avec du vin permettant d’éviter l’oxydation excessive. Pendant toute cette durée d’élevage, les barriques sont régulièrement goûtées pour savoir comment évoluent les vins.

La Clarté Haut-Brion
© presse Haut-Brion

L’ultime étape

Les dégustations d’assemblage interviennent au mois de décembre ou janvier, elles permettent de constituer les vins blancs de Château Haut-Brion et Château La Mission Haut-Brion ainsi que La Clarté de Haut-Brion. L’équipe complète : Jean-Philippe Delmas, Directeur général délégué, Pascal Baratié, chef de culture et Florence Forgas, maître de chai entourent Jean-Philippe Masclef dans cet exercice. Ensemble ils composent les vins blancs des Château Haut-Brion, Château La Mission Haut-Brion, et La Clarté de Haut-Brion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’est le second vin blanc commun aux Châteaux Haut-Brion et la Mission Haut-Brion, baptisé ainsi depuis le millésime 2009. Issue...
" />