La mirabelle, l’éphémère petite lorraine

La mirabelle
© B. Jamot

Ce petit fruit à la couleur d’or ne fait qu’un bref passage sur les étals. Sa chair sucrée et juteuse se prête à des recettes simples et délicieuses mais c’est en croquant tout simplement dedans que l’on savoure son parfum délicat.

La plus petite des prunes
© L. Sertelet

La plus petite des prunes

De la famille des prunes, qu’elle soit de Nancy, la plus grosse ou de Metz, la plus parfumée, c’est la plus petite de toutes. Avec ses 2 cm de diamètre et son poids plume d’à peine plus de 10 g, on n’en compte 100 dans un kilo ! Une chose est sûre c’est qu’elle est bien lorraine et cultivée majoritairement dans cette région, même si à l’origine, elle vient du Vaucluse.

Rapporté de Provence au XVe siècle par le roi René duc d’Anjou et de Lorraine, le mirabellier s’épanouit sous le climat lorrain, faisant de cette région de l’est de la France, le berceau de la mirabelle. C’est au moment de la crise du phylloxéra, que les vergers de mirabelliers se sont étendus, en remplaçant les vignes décimées.

Mirabelle

Une mini bombe de bienfaits délicatement parfumée

Sa peau fine et tendue s’épanouit sous le climat continental de Lorraine. La fraîcheur des nuits et la chaleur modérée des journées la font murir lentement. Ainsi elle se gorge de sucre, sa peau se pare de petites taches rousses et d’un délicat parfum que l’on ne retrouve dans aucune autre espèce de prune.

Elle est particulièrement riche en fibres et la pectine qu’elle contient active la satiété. Pleine de glucides bons pour l’organisme, de vitamine C de fer, de potassium, de cuivre et de magnésium, elle représente à elle seule une bonne dose d’énergie pour toute une journée. Elle regorge également de vitamine A, un antioxydant qui nous fait une belle peau et de vitamine E, bonne pour nos yeux.

panier de mirabelle
© Bernard Arnoux

La mirabelle

Les variétés les plus connues de mirabelle sont celle de Nancy et de Metz. La mirabelle de Nancy est un peu plus grosse et plus rousse que celle de Metz qui tend un peu plus vers le jaune.

La mirabelle se prête aussi bien aux préparations salées que sucrées.  Tartes, crumble, clafoutis feront le bonheur des plus gourmands. Juste poêlées ou cuites au four, elles accompagneront divinement une viande blanche.

A l’achat, elles ne doivent pas être molles et encore recouvertes de pruine, cette couche cireuse que l’on retrouve sur les prunes. Lorsqu’elles sont à parfaite maturité, les mirabelles dégagent un délicat parfum. Elles ne se conservent que peu de temps, à température ambiante pour garder tout leur arôme.

récolte de mirabelles
© B. Jamot

Un petit fruit d’or éphémère

Les fruits du mirabellier se récoltent, comme les autres prunes, en secouant les arbres pour en faire tomber les fruits à maturité. Récoltées pendant 4 à 6 semaines, on les retrouve pendant cette même période sur les étals. Cette année la récolte ayant commencé tôt, les mirabelles disparaîtront malheureusement plus vite. Dépêchons-nous, il ne nous reste plus qu’environ 2 semaines pour goûter à ce trésor de la nature. Passé ce temps, il ne vous reste plus qu’à la déguster en confiture, en jus, en sirop ou encore en eau-de-vie.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce petit fruit à la couleur d’or ne fait qu’un bref passage sur les étals. Sa chair sucrée et juteuse...
" />