La cabane slave du Roch Hôtel & Spa

La cabane slave du Roch

Jusqu’au 22 février l’hiver prend des accents de l’est avec la cabane slave du Roch. Le Roch Hôtel & Spa transforme sa terrasse en une cabane slave au milieu d’une forêt de bouleaux et de sapins. Un lieu discret presque secret plein de chaleur et de convivialité.

Chatka la cabane slave du Roch

Chatka, la cabane slave du Roch

Formes arrondies, poupées russes, lumières tamisées, couleurs suaves, Sarah Poniatowski-Lavoine, a réuni dans cette cabane slave tous les éléments inspirants, pleins de poésie qui figurent à la fois la fougue et la douceur slave. Les fêtes de Noël sont un moment important pour les slaves, un moment propice au partage et à la célébration.

Quoi de plus légitime pour Sarah Poniatowski-Lavoine, au patronyme d’origine polonaise, décoratrice fétiche du Roch Hôtel de se plonger dans cet univers slave ? Un retour aux sources, en somme, de manière élégante et raffinée, comme elle sait si bien le faire.

Les familles et les amis se réunissent autour de tables festives et colorées à la nuit tombée, à l’heure où apparaissent les premières lueurs dansantes aux fenêtres. Appelée Chatka, du nom du crabe royal russe, la cabane slave du Roch inspire pleinement les moments de gastronomie, ancrés dans la tradition slave.

Rémy Bérerd
© Le Goff & Gabarra

« Pour ce projet Chatka, la cuisine slave m’a inspiré car elle est généreuse, familiale et cela me rappelle mes origines lyonnaises. L’idée était de garder des mets de partage qui rassemblent, en y apportant de la légèreté pour un repas joyeux et inoubliable. »

Rémy Bérerd, Chef Exeécutif Le Roch Hôtel & Spa

Outre le décor, dans cette cabane, nid douillet et chaleureux, l’éveil des sens se fait aussi par la cuisine généreuse du chef Rémy Bérerd. Lui aussi très inspiré par cette thématique slave, a imaginé une carte de partage, piochant ça et là les meilleures spécialités polonaises qu’il travaille à sa façon, de manière délicate. Souvent méconnue, la gastronomie polonaise ne se réduit pas aux choux et aux pommes de terre, elle est d’ailleurs célébrée en 2019, avec Cracovie, désignée Capitale européenne de la gastronomie.

L’amuse-bouche révèle la betterave en Bortsch, des éclats d’Oscypek, le fromage de brebis polonais réveillent les Pierogis, traditionnels raviolis ; les cromesquis accompagnent la poule pochée et bien sûr, la fondante Pavlova de Hugo & Victor s’habille de marrons pour célébrer l’hiver.

Dans ce lieu privatisable, on se délecte également de cocktails pour un apéritif slave autour d’une carte de grignotages. Vodka, eau de vie de mirabelle, bourbon infusé aux cèpes, s’adoucissent dans des créations aux noms évocateurs : Vieux Svétiovid, Poupée Russe ou encore Veles Beard. Avec ou sans alcool, ils se dégustent accompagnés de beignets à la truffe, de tarama maison, de maquereaux marinés et de lard fumé assorti d’incontournables malossols.

La cabane slave du Roch

du mardi au samedi soir, uniquement sur réservation

Privatisable pour l’apéritif et pour le dîner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jusqu’au 22 février l’hiver prend des accents de l’est avec la cabane slave du Roch. Le Roch Hôtel & Spa...
" />