Dates de péremption, comment s’y retrouver ?

Dates de péremption
© Shutterstock

C’est le débat du moment : l’association To Good To Go publie avec l’aide d’acteurs du secteur agroalimentaire, un livre blanc contre le gaspillage alimentaire, avec comme principales proposition, la modification des dates de péremption.

Depuis 1984, lorsque vous achetez un aliment, solide ou liquide, celui-ci affiche une date au-delà de laquelle, la consommation du produit n’est pas recommandée.

Une des principales recommandations du livre blanc serait de modifier cet affichage pour y inclure une durée de vie additionnelle et de le compléter de la mention « et aussi après ». Ainsi, sur un emballage de gâteaux secs, vous trouveriez « A consommer avant le 06/2019, et aussi après ».

Bien évidemment cette mesure ne s’appliquerait qu’aux produits peu sensibles.

DLC, DDM, DLUO, DCR, késaco ?

  • DDM : Date de Durabilité Minimale (à consommer de préférence avant le …) est la nouvelle DLUO (Date de Limite d’Utilisation Optimale). La DDM est présente sur les produits d’épicerie et congelés. Le dépassement de cette DDM ne présente aucun risque pour la santé. Le produit sera peut-être moins riche en saveurs et en texture.
  • DLC : Date Limite de Consommation. Elle concerne les produits périssables, frais et fragiles (viandes, jambons, laitages). Ce sont ces produits « sensibles » dont la DLC effraie facilement.
  • DCR : Date de Consommation Recommandée. Elle s’applique aux œufs. Indicative, vous pouvez aussi la dépasser. Tout dépend de l’utilisation que vous faites de vos œufs. (Kiss My Chef vous explique tout ici).

 

Fiez-vous à vos sens : ouvrez-l’œil, sentez et goûtez !

La vue, l’odorat, le goût vont vous permettre de moins gaspiller.

Essayez d’oublier les dates indiquées et testez vous-même le produit que vous souhaitez utiliser.

Si vos produits sont conservés correctement, sans avoir été ouverts (pas de rupture de chaîne du froid, à l’abri de la lumière, au sec, au frais), les points d’alerte sont les suivants :

  • La moisissure (pain, laitages)
  • Le léger goût piquant (laitages, tartinables du rayon frais)
  • L’odeur de rance (amandes, noisettes, graines, l’huile, le beurre …)
  • Le gonflement des boîtes de conserve
  • Les mites alimentaires

Combien de temps garder ses produits ?

Ce que vous pouvez garder, garder, garder … une éternité

Tous ces produits sont à la base des conservateurs, utilisés depuis la nuit des temps. Ils ne se périment donc jamais.

Ce que vous pouvez conserver très, très longtemps

  • La farine
  • La fécule de maïs
  • Les légumes secs
  • Les céréales
  • Le riz
  • Les pâtes
  • Les conserves
  • Les produits lyophilisés (soupes en sachet, purées de pommes de terre, lait en poudre …)

Ce que vous pouvez manger après la date recommandée

Le seul risque étant que ces aliments perdent de leur saveur ou de leur texture.

  • Les condiments (épices, moutarde, ketchup, sauce anglaise, arôme Maggi … )
  • Le café
  • Le chocolat
  • Les confitures
  • Les gâteaux secs
  • Les biscuits apéritifs
  • Les briques de soupe
  • Les produits laitiers : crème fraîche, yaourts, fromages, lait et beurre sont consommables encore 2 à 3 semaines qui suivent la date.
  • Les surgelés (en moyenne 6 à 9 mois de plus que la date indiquée).
  • Les sodas

Les aliments qui méritent votre attention

  • La viande
  • Le poisson
  • Les charcuteries

A vous de réduire votre gaspillage alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’est le débat du moment : l’association To Good To Go publie avec l’aide d’acteurs du secteur agroalimentaire, un livre blanc...
" />