Le Pissenlit en cuisine, de la feuille à la fleur

pissenlit en cuisine

Après les Orties, voici venu le tour des pissenlits, également appelés Dent-de-Lion. Arraché de force des pelouses qu’il envahit, il s’avère pourtant être un allié pour la santé et pour le goût dans l’assiette. 

Les Bienfaits du Pissenlit

Et si au lieu de la piétiner ou de l’arracher, il était utilisée pour ses vertus ? Connu pour nettoyer le foie et les reins, il contient de la vitamine AB6, B9, C. Il renforce le système immunitaire et lutte contre les bactéries, et les toxines.

Ce n’est pas tout, il est également source de fer et de potassium et donc d’une grande aide contre la fatigue. Riche en polyphénols (il fait même partie des plantes qui en contiennent le plus), c’est un antioxydant qui lutte contre le vieillissement. Parmi ses autres vertus, il traite hypertension artérielle, régularise les fonctions intestinales, et booste l’organisme. 

Pissenlits en cuisine

La cueillette des Pissenlits

De la mi-avril à la mi-mai, dès que les boutons sortent de terre, le moment est venu de les cueillir. Passé le printemps, l’amertume est trop forte, et la fleur ne présente plus que peu d’intérêt en cuisine.

Feuilles dont la forme rappelle la bien aimée Roquette, fleurs et boutons se consomment et apportent un goût légèrement amer à tous les plats.Cueillez-le dans une zone éloignée des routes, ou sur des pelouses non traitées pour éviter une plante polluée.

Entre 12h et 15h, c’est le moment de la journée où ils sont le plus épanouis, et le plus emplis de pollen.

Chefs & Pissenlits en cuisine

La cueillette des pissenlits effectuée, il ne vous manque plus qu’une bonne recette pour déguster votre butin. Le chef étoilé Jean Sulpice a justement mis en ligne sur son blog une recette de pissenlit, foies de volaille et parmesan.

© Jean Sulpice

Dans l’Est de la France, particulièrement en Lorraine, le pissenlit est souvent cuisiné avec des lardons, des croûtons et des pommes de terre dans une salade appelée Chaude Meurotte dont Laurent Mariotte livre sa version.

La table des Vignerons à Colmar réalise une version plus légère de la salade de Pissenlits.

Pour les consommer plus simplement, les feuilles peuvent être juste lavées, taillées en chiffonnade et dégustées dans un sandwich ou avec du fromage.

Préparations artisanales

  • La Cramaillotte

Confiture ou gelée de fleurs, la Cramaillotte est une préparation ancestrale à déguster avec de la brioche bien chaude au petit-déjeuner ou au goûter, dans un yaourt, mais aussi avec du Foie Gras ou avec du fromage !

Les bocaux Le Parfait livrent une recette de Cramaillotte facilement réalisable.

Pissenlits en cuisine
© Le Parfait
  • Vin de Pissenlit

Plus étonnant encore, le vin de Pissenlit et plus généralement les vins de fleurs. Comme toute boisson fermentée, le secret réside dans le vieillissement du nectar. Anny Schneider propose ici une recette à deux vitesses pour les plus pressés de déguster ce vin comme de muscat.

Vin de pissenlit

  • 4 litres (16 tasses) d’eau bouillante
  • 250 g (4 tasses) de fleurs de pissenlit tout juste cueillies
  • 2 oranges et 2 citrons (sans leur jus)
  • 1,5 kg de miel (si possible de pissenlit!)
  • 15 g (1 c. à soupe) de levure sèche à vin blanc

Verser l’eau bouillante sur les fleurs, Diluer le miel dans le mélange. Couper les agrumes en cubes et les ajouter au mélange. Laisser fermenter le tout dans un contenant de verre ou de grès dans un endroit sombre, à 20 °C, pendant trois semaines en remuant le mélange à tous les deux ou trois jours. Quand la fermentation est finie, filtrer avec du coton à fromage, et embouteiller le vin. Laisser vieillir pendant au moins neuf mois.

Les paresseux (ou les très pressés) peuvent laisser macérer 60 g (1 tasse) de fleurs dans 1 litre de vin blanc pendant un mois. Il suffit de filtrer et de sucrer au goût.

Recette tirée de Plantes sauvages médicinales, Anny Schneider, Éditions de l’Homme, 1999.

 

Sachez bien que le pissenlit

N’est pas une fleur ordinaire

Il n’a pas d’esprit vulgaire  …

Malgré tout ce que l’on dit

Il est doué d’un caractère

Qui sait assurer son crédit

Et l’établir sur la terre

Robert de Montesquiou-Fézensac (1855-1921)

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Après les Orties, voici venu le tour des pissenlits, également appelés Dent-de-Lion. Arraché de force des pelouses qu’il envahit, il...
" />