Vinexpo conserve-t-il sa position de leader dans son domaine ?

Vinexpo 2017 le bilan

De retour de Vinexpo, Ghislain Pagès nous livre son analyse de l’édition 2017 de Vinexpo. Ses atouts, ses faiblesses par rapport à un autre salon du vin, plus récent. Apprenons-en plus sur l’avenir de Vinexpo Bordeaux.

 

Vinexpo 2017 le bilan

 

Un salon biennal au coût élevé

La 19ème édition du grand salon français des vins du monde entier vient de s’achever. En comme à l’accoutumée Vinexpo engendre son lot de réflexions.

La récente, mais nette position dominante du salon Prowein qui se tient tous les ans à Dusseldorf en Allemagne, pourrait faire craindre le pire pour l’avenir de Vinexpo.

Le salon Vinexpo est biennal, ce qui est un handicap quand les professionnels du vin doivent repenser leur stratégie de plus en plus souvent et s’adapter en permanence.

Vinexpo fait la part belle aux vins de Bordeaux, il faut le reconnaître. Dans un contexte où les parts de marché des vins de Bordeaux ont été fortement remises en question depuis une bonne décennie, une identité très marquée Bordeaux était-elle un atout ? Les producteurs étrangers ou même hors Bordeaux n’ont-ils pas intérêt à plébisciter un salon, où le « concurrent Bordeaux » n’est pas naturellement favorisé ?

Vinexpo vs Prowein

Le coût du mètre carré à Vinexpo est cher et supérieur à celui de Prowein. Les services qui y sont proposés le sont également (location des verres, glace, décoration…). Une autre bonne raison pour bouder Vinexpo.

L’accès en transport en commun est ultra performant à Dusseldorf et en plus il est gratuit pour tous les participants (exposants comme visiteur). Le service du tram bordelais est vite rapidement saturé et, petit détail peu significatif, mais symbolique, il reste payant. Notons que l’édition 2017 n’a pas dérogé à la règle, les fortes chaleurs ayant une nouvelle fois perturbée le trafic !

La climatisation défaillante du centre des expositions est un véritable problème. 2017, a confirmé cette situation avec une climatisation incapable de maintenir une température raisonnable et compatible au service du vin. Embêtant pour un salon premium du vin !

De plus, la date choisie pour la tenue de Vinexpo, n’est pas vraiment opportune pour les professionnels. Ceux-ci ont déjà programmé la plupart de leurs achats en début d’année. La date choisie pour Vinexpo arrive après la bataille alors que Prowein se tient quant à lui fin mars, début avril.

Enfin depuis quelques éditions Prowein affiche une croissance rapide du nombre des exposants (plus de 5 000) alors de Vinexpo stagne à 2000 exposants.

 

Vinexpo 2017 le bilan

 

Le salon de l’excellence

Nous pouvions donc imaginer une situation délicate pour Vinexpo. Cela aurait été sans compter sur la volonté de renouvellement et de relance dynamique orchestrée par le nouveau chef d’orchestre de Vinexpo, à savoir Guillaume Deglise. Son credo repose sur différents angles d’attaque.
Prowein est fonctionnel, efficace mais pas très glamour. Vinexpo sera donc un salon du Premium, du beau et jouera la carte de l’excellence. Un positionnement rêvé pour devenir plus complémentaire de Prowein.

La date, si elle est actuellement trop tardive, permet aussi aux acheteurs de faire un point d’étape avant l’automne, ou d’anticiper la tendance. Et puis Bordeaux bouge et accroit son pouvoir d’attraction (cité du vin, fête de la fleur, dégustation en primeur des millésimes à venir…).

Le bilan de cette édition confirme bien la force de ces atouts : la fréquentation a été bonne, la qualité des visiteurs excellente et les exposants sont globalement très satisfaits, même si certains grands acteurs européens avaient boudé la manifestation.

Et puis, il y a tous les petits nouveaux, avec une très forte augmentation des visiteurs asiatiques et notamment chinois. D’après l’étude de l’IRWS 72 % de la croissance de la consommation de vin au monde viendra de la seule Chine pour les prochaines 5 années. Et les chinois ont choisis Vinexpo, pas Prowein.

Non contente de ces bons point la direction de Vinexpo a aussi décidé de reprendre l’initiative en annonçant plusieurs changements importants : programmer la prochaine édition plus tôt dans l’année et rendre l’accès plus facile (et donc moins cher) aux petits acteurs avec des stands clefs en main pour moins de 4 000 €.

Les ingrédients pour refaire de Vinexpo le grand salon de référence du vin sont peut-être là ? Rendez-vous en 2019 pour confirmer cette sensation. »

Ghislain Pagès

Co-propriétaire Château Fourcas Dupré

Le 22 juin 2017

 

Vinexpo 2017 le bilan
Ghislain et Patrice Pagès

 

Vinexpo 2017 le bilan

 

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De retour de Vinexpo, Ghislain Pagès nous livre son analyse de l’édition 2017 de Vinexpo. Ses atouts, ses faiblesses par...
" />